=) ANNONCER:
2000 ardoises pour l'an 2000 (=

PROJET 2000 ARDOISES
A l'écoute des attentes des enfants

De toutes les manifestations et discours concernant le troisième millénaire, aucun ne parle des enfants, qui sont pourtant les acteurs de demain. C'est pour corriger cette méprise qu'a vu le jour, le "projet 2000 ardoises pour l'an 2000".

Par Demba Silèye DIA, Journaliste culturel, Dakar, Sénégal

Les enfants, tout comme l'art en général, sont les parents pauvres des projets et discours sur le troisième millénaire. Ces acteurs de demain sont oubliés dans presque tous les préparatifs. C'est, conscients de cette méprise qu'il convient de corriger que Daouda Ndiaye, professeur d'art, Mme Youma Fall, animatrice culturelle à la Maison de la Culture Douta Seck (Mcds) de Dakar, et Alassane Cissé, journaliste culturel à Sud Quotidien, ont décidé de lancer le projet "2000 ardoises pour l'an 2000".

Ce projet consiste à faire peindre deux mille ardoises par des enfants de l'école élémentaire, qui seront exposées en janvier 2000, au Cours Sainte-Marie de Hann (Csmh) de Dakar, à l'île de Gorée et au Quai des arts de Saint-Louis du Sénégal. Le choix de l'ardoise est dicté par sa maniabilité, son faible coût et son support déjà existant prêt à l'exposition sans préparation préalable.

Mais il y a aussi le double symbole de cet objet: il a reçu nos premiers écrits et dessins, notre première expression graphique; c'est aussi "l'objet d'apprentissage par excellence de l'écolier débutant. Cet outil sera le support de relecture enfantine et spontanée du monde", selon les initiateurs de ce projet. Ce qui lui permettra d'être un relais idéal pour favoriser la communication, partager la culture de l'enfant, échanger des connaissances et expériences.

La peinture acrylique qui sera utilisée, est d'utilisation facile, ses qualités techniques et son rendu (elle se mélange, se situe et se nettoie à l'eau, sèche rapidement et permet de garder une certaine spontanéité dans l'expression et offre un grand choix de couleurs).

C'est pour toutes ces raisons que ce projet a vu le jour, qui s'adressera à "des jeunes qui ont rarement accès à l'expression artistique" et se déroulera à la bibliothèque Aminata Sow Fall de Yoff (un quartier de Dakar), avec les jeunes lecteurs de Diamalaye II, à l'école élémentaire Léopold Angrand de Gorée, à la Maison de la culture Douta Seck avec les enfants du complexe scolaire de la Médina, à l'école Dieumbeut Mbodj de Saint-Louis, à l'Ecole Ouakam, à l'Institution scolaire Kër Rokhaya et au Csmh. Des partenaires français pourraient y être associés.

L'art étant une activité créatrice, un élan généreux, mais souvent réservé à une certaine élite, le but est de le déplacer des galeries et ateliers vers des lieux plus ouverts comme les bibliothèques, les école… Les enfants seront amenés à exprimer leurs soucis et leurs attentes en direction du troisième millénaire.

Les œuvres seront exposées dans la première quinzaine de janvier 2000, dans un premier temps au parvis de l'Assemblée nationale (qui est aussi un symbole pour le peuple), à Gorée et au Quai des arts de Saint-Louis; toujours en une fresque de 90 m2.

Pour un coût prévisionnel de cinq millions 320 mille francs sur fonds propres, le projet à aussi un but social. En effet, après le remboursement des frais, les recettes serviront à équiper des structures culturelles dans les écoles, et à fournir en matériel de peinture le Centre verbo-tonal qui est très en avance dans le domaine pitural sur les autres établissements.


©Demba Silèye DIA - 1999