JOURNAL DE LA MISSION TM BAMAKO 1999:

suite

Tandis que je passe une grande partie de mon temps au téléphone, et dans le labyrinthe administratif et relationnel malien, avec la volonté de "sortir" nos ordinateurs de douane, Daniel-Jean Primeau décide de commencer la formation de nos stagiaires, dont la liste avait été proposée par Cheick Sow.
Le premier groupe de personnes intéressées par une meilleure connaissance de l'Internet est plutôt issu du milieu littéraire et journalistique. Les formations ont lieu le matin, en raison du Ramadan, et au Centre Culturel Français. Il s'agit pour D-J Primeau d'évoquer les principes de base de la communication sur la Toile, et pour chacun des stagiaires d'imaginer un projet à mettre en ligne le moment venu. Avec l'aide d'un PC au CCF, et avec l'accueil d'AFRIBONE, des contenus sont finalement produits, que nous publierons prochainement. immeuble AFRIBONE
Parmi les personnalités qui nous honorent de leur présence assidue, Amadou Traoré, écrivain, éditeur et libraire, est d'une énergie salutaire. Je l'avais présenté dans Toile Magazine n1, après l'avoir rencontré en 1997. Nous l'avons retrouvé avec grand plaisir, et nous pensons qu'il acceptera de jouer prochainement le rôle important de Conseiller Littéraire pour Toile Métisse.
Entre deux "occupations douanières", je poursuis mon activité de Rédacteur en Chef de Toile Magazine en essayant de rencontrer les acteurs de l'actualité artistique malienne. Ici l'ont voit le travail du designer Aziz Diop, exposé au CCF.

Du 26 novembre au 3 décembre se tenaient à Bamako le Festival du Théâtre des Réalités, et le Festival Bamakoustic. Nous y avons rencontré quelques artistes, dont les commédiens d'une excellente troupe sénégalo-belge, les 7 KOUSS, dirigée par Abdoulaye Diakhaté.
Dans le domaine musical, hormis Salif Kéïta - dont le style rejoint davantage la World Music - la personnalité la plus marquante et la plus authentique est sans doute celle de Toumani Diabaté, joueur de Kora virtuose dont la réputation a franchis les frontières géométriques du Mali. Toumani Diabaté s'entoure de musiciens européens et africains, qui mettent leurs talents au service de mélodies populaires et savantes à la fois.
Dans un autre genre, nous faisons la connaissance d'un virtuose des ciseaux, Serge Ali Sissoko, coiffeur d'origine ivoirienne, qui a reçu cette année le 3ème prix du concours international AFRICANOVA organisé à Abidjan par des responsables de la Confédération Internationale de la Coiffure. Au vu des résultats de ce genre de compétion, et des modèles proposés, nous n'hésiterons pas à parler de "sculpture capilaire"!
Serge travaille actuellement avec une agence de mannequins bamakoise: Kémouna. Pour ce qui concerne la création de mode et la mise en valeur de "top models", le Mali a encore quelques étapes à franchir pour atteindre un niveau international. Le conservatisme ambiant ne favorise pas les délires d'imagination, et beaucoup de jeunes espoirs rèvent de s'expatrier.
Une seule fois, pour quelques heures, nous eûmes la chance de nous éloigner de la capitale malienne, et de découvrir un lieu rafraichissant, d'où l'Afrique urbaine, politicienne et administrative peut sembler dérisoire. En vérité, cette Afrique urbaine qui n'est plus traditionnelle et n'est pas encore moderne développe un environnement néfaste à la santé et à la morale. La saleté croissante de Bamako préoccupe son Maire, comme la corruption trop visible des responsables inquiète le gouvernement.
En attendant que le pays se décide à laver son linge sale, comme doit le faire toute démocratie, les artistes constituent des groupes de résistance culturelle à la médiocrité. L'avenir leur appartient, et Toile Métisse se place à leurs côtés. Notre équipe est repartie sans avoir pu monter physiquement le Club Multimédia, nos PC étant toujours en douane. Mais les responsables malien de notre ONG ont pris le relai, bien décidés à gagner la bataille de l'avenir et de l'ouverture au monde.

Christian Lavigne, Président de TM, novembre & décembre 1999


page précédante